Mes recherches ont porté, à l’origine, sur la causalité et le droit de la responsabilité. Je travaille également de longue date sur les modes de règlements des litiges et les professions et plus largement le droit des affaires. 

Aujourd’hui, ce sont surtout les questions liées à la transition numériques qui occupent mon temps: innovations de rupture, blockchain, machines autonomes, recours massif aux algorithmes prédictifs, stockage et traitement des données de masse (Big Data), développement d’une “économie numérique” qui se structure autour des data, autant de questions qui posent des problèmes juridiques inédits.

Quel que soit mon objet d’étude, je m’efforce de conserver toujours une démarche à la fois interdisciplinaire et comparative. Les questions juridiques ne prennent sens que si l’on est mesure de s’imprégner des dimensions scientifiques, philosophiques, économiques des questions posées. Elles doivent, en outre, être abordées à la lumière des expériences étrangères.

Membre de l’Institut François Gény (Université de Lorraine), je collabore également avec le Centre de Recherches Interdisciplinaire, le CRI (site du CRI ici),  qui promeut une approche interdisciplinaire ouverte sur les humanités. Je suis par ailleurs chercheur associé à l’IHEJ (Institut des Hautes Etudes sur la Justice).

J’ai, enfin, toujours conservé des liens avec les Etats-Unis et entretiens notamment une relation privilégiée avec la Law School de l’Université de Chicago, avec laquelle j’ai organisé en mars 2017 un colloque conjoint au Sénat intitulé “Law and Big Data” (lien vers la chaîne youtube du colloque Law and Big Data ici).

assise

Mes centres d’intérêt s’articulent aujourd’hui autour de 6 grandes thématiques: l’intelligence artificielle et les Big Data, la blockchain, la compliance et l’intelligence économique, les professions réglementées et la responsabilité civile.